Les IUT participent à la libération des potentiels, à la créativité et à la prise de risque

Jean-François MAZOIN, Jean-Paul VIDAL pour les assemblées de l’ADIUT et de l’UNPIUT ainsi que de nombreux collègues, présidents et directeurs d’IUT,ont participé au cinquième forum Education Entreprise dont le thème était « Libérons les potentiels ». Ce thème interroge sur les parcours de réussite, l’orientation et la réorientation mais aussi sur les pratiques qui favorisent la créativité des jeunes.

Les interventions nous conduisent à prolonger notre réflexion sur 3 axes :

Les IUT libèrent les potentiels de leurs enseignants dans le domaine de la création de formations technologiques du grade de Licence.
Les IUT favorisent les pratiques pédagogiques qui développent la créativité chez leurs étudiants par le biais de projets de crowdfunding.
Les IUT accompagnent la prise de risque des femmes et des hommes qui reprennent ou créent une entreprise.
Les IUT libèrent les potentiels de leurs enseignants dans le domaine de la création de formations technologiques du grade de Licence

Lors de son intervention initiale, le Professeur André DURIVAGE, psychologue du travail, grand témoin de la journée, a évoqué les conditions qui favorisent le développement de la créativité dans les entreprises. Parmi elles, la confrontation de personnes venues d’horizons divers tient une place importante.

Les IUT, depuis les années 2000, ont été des promoteurs essentiels de la Licence Professionnelle puisqu’ils ont créé les deux tiers de ces diplômes. La proximité des IUT avec les entreprises, qui est une réalité de terrain, a toujours été mise en avant pour expliquer ce phénomène. A la lumière de l’exposé de Monsieur DURIVAGE, une deuxième explication complète la première.

Cette créativité de formation a été favorisée par la constitution même des équipes pédagogiques de nos départements. Elles sont plurielles (chercheurs, enseignants et intervenants professionnels) et pluridisciplinaires (disciplines technologiques, scientifiques et générales). C’est bien cette confrontation extraordinaire de pédagogues d’horizons différents qui donne naissance à la créativité de formations visant l’insertion au niveau Licence.

Cette confrontation est un fait rare dans l’université, particulièrement dans le grade de Licence. Au niveau Master, l’équipe qui crée la formation est celle du laboratoire de recherche, le lien entre la formation et la recherche est extrêmement fort. L’absence d’équipe pédagogique se consacrant au niveau Licence dans les cursus académiques rend difficile cette confrontation qui libère le potentiel créatif des enseignants.

C’est pourquoi les universités doivent préserver la capacité d’organisation pédagogique de leurs IUT, elles doivent promouvoir cette configuration dans l’ensemble des composantes pour libérer les potentiels créatifs nés de leur préoccupation d’insertion professionnelle dans les métiers intermédiaires. Depuis quatre années, la culture particulière mais minoritaire des IUT est en danger, l’université doit s’apercevoir qu’elle ne chemine pas dans le bon sens !

Et pourtant, en clôture des interventions de la matinée, Monsieur Louis VOGEL – Président de la CPU – a souligné que l’université devait évoluer dans différents domaines :

créer des équipes pédagogiques pluridisciplinaires,
faire appel à des professionnels des entreprises comme enseignants dans les formations,
faire découvrir l’entreprise aux étudiants (mais les stages n’étant pas possibles pour tous les étudiants, il est nécessaire que les entreprises viennent se présenter au sein des universités),
et pourquoi ne pas faire découvrir l’entreprise aux enseignants ?
C’est ce que font déjà les IUT ! Pourquoi les mettre en danger ?